Commmentaires et Témoignages

Bienvenue,

Vous pouvez déposer un commentaire, une remarque, une critique, une recherche, ou un témoignage, en utilisant le formulaire ci dessous. Il apparaitra sur le site après validation par le gestionnaire. Votre adresse émail ne sera pas visible.

Merci.
Luc Demarchi.

25 Commentaires

  1. Jean Colleuil

    J’étais au 8ème R.T.M., blessé le 25 janvier 1945 lors de l’attaque de Grassaeghert en Alsace.
    Jean Colleuil.

    Réponse
  2. Guy Pelletier

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ce rapide historique du glorieux 1e R.T.M. Il m’a fait revivre tant d’intenses et d’inoubliables moments.
    Mon frère ainé Jean Pelletier a participé à la libération de la Corse et en particulier à la prise du col de San Stéphano. Il a également participé jusqu’au bout à la campagne d’Italie au sein de ce glorieux régiment. Il a été l’organisateur, jusqu’à son décès en 2009, des cérémonies commémoratives de la libération de la Corse à Bastia.
    En ce qui me concerne, nommé aspirant à ma sortie de Cherchell, j’ai rejoins le 1/ 1 R.T.M. à Mulhouse et été affecté à la 3ème Cie à Rixheim juste après la bataille de Pont de Bouc. J’ai participé à la bataille des Vosges, à la libération de l’Alsace (poche de Colmar) et en Allemagne à la terrible bataille d’Aasen. J’ai terminé la guerre dans le Vorarlberg en Autriche.
    Un grand merci au réalisateur de cet excellent reportage.
    Guy Pelletier.

    Réponse
    • JP. Dechaux

      En réponse à Guy Pelletier.
      Bonjour,
      Mon père, 89 ans depuis quelques jours, était lui aussi à la bataille d’Aasen.
      JP. Dechaux.

      Réponse
  3. Marc-Antony Sanchez

    Bonjour,
    Je me permet de vous écrire car j’ai créé un site en hommage à mon grand-père, ancien de la légion et des goumiers marocains. Je serais très honoré que le lien de mon site figure sur le votre, que je trouve très intéressant, en tous cas il m’a appris pas mal de chose.
    Je vous invite donc a venir visiter mon humble site et votre avis serait le bienvenue.
    je vous remercie sincèrement par avance.
    Amicalement.
    Marc-Antony Sanchez.
    Voici le lien :http://goumier.jimdo.com/

    Réponse
  4. Bernard Desprats

    Auriez vous l’O.B. lors de l’expédition de Corse et lors de la grande offensive du 10 mai 44 ?
    Mon père fut lieutenant au régiment de fin 42 à septembre 44.
    Après, il fut versé au 4ème R.T.M. pour le débarquement de Provence.
    Bravo pour ces mines de renseignements.

    Réponse
  5. Maurice Millet à Belfort

    Émouvant récit qui m’a rappelé bien des moments pénibles de novembre et décembre 1944.
    Toutes mes félicitations pour avoir ravivé nos mémoires.
    Maurice Millet 2ème BZP 1ère D.B.

    Réponse
  6. Younes Benomar

    Bonjour,
    Merci pour ce magnifique travail sur l’histoire.
    Je fais partie d’une association du souvenir des anciens combattants marocains de Belgique.
    Et j’aimerais pourvoir échanger avec des personnes ayant des archives sur certaines batailles de Belgique telles que Gembloux, Ypres etc..et Colmar également.
    Merci à l’avance.
    Benomar.Y
    Sacomab a.s.b.l

    Réponse
  7. O. Dietrich

    Bonjour Monsieur,
    Depuis quelques mois, je m’intéresse de près aux combats menés en Alsace et plus particulièrement près de chez moi (département du Haut-Rhin).
    Je serais très intéressé par le détail de votre parcours et par ce que vous avez vécu durant cette attaque, si cela est possible.
    Par avance merci.
    A vous lire,
    Cordialement,
    M. Dietrich. O

    Réponse
  8. Anne Bausch

    Bonjour,
    Mon père était dans le 1er R.T.M. J’ai retrouvé des documents et son livret de guerre. J’aimerais approfondir mes recherches et vous donner aussi des copies de documents qui, pour moi, sont très précieux.

    Réponse
  9. Dob

    Bonjour,
    Je suis le fils d’un ancien combattant engagé volontaire de 1941 à 1956, soit 15 ans de service; le caporal chef Dob, matricule LM 41 910/723 décoré de plusieurs médailles et de la croix de guerre TOE avec étoile de bronze.
    Je recherche des renseignements sur le 1er Régiment de tirailleurs embarqué à Alger le 15 08 1944, débarqué à Naples le 18.08.1944, embarqué à Pozzuoli le 30.09.1944, débarqué à Marseille le 04.10.1944.

    Réponse
  10. Jean Luc Cabrier

    Bonsoir,
    Mon père, décédé en 1997 en Avignon, né le 19 mars en 1925 à Montbrun les bains, s’est engagé au 1e R.T.M. en 1943…1944…?, selon ma mère ( 89 ans ) qui ne se souvient pas très bien…
    Nous avons perdu ses papiers militaires, je cherche donc toute information le concernant.
    Merci par avance à toutes personnes pouvant m’aider.

    Réponse
  11. Denis Bichard

    Félicitation pour le travail de recherche et de présentation.
    Avez vous eu l’occasion d’avoir des documents historiques sur l’épopée du 7e R.T.A. pendant la deuxième guerre ?
    Sauriez vous où trouver des photos du défilé des troupes coloniales à Marseille après sa libération ?
    Cordialement.
    Denis Bichard.

    Réponse
  12. Bernard Meyer

    A propos de l’obélisque de Cernay – Haut Rhin (Alsace)
    Texte émouvant, d’hommage bien mérité sur ces nouvelles plaques commémoratives; j’ai été libéré, (alors que j’avais 12 ans) à Rouffach, dans la soirée du dimanche 4 février 1945. Fait pendant à l’émouvant mémorial de Sigolsheim.

    Réponse
  13. Christian Giacalone

    Bonsoir,
    Votre site est particulièrement intéressant, il me permet de trouver des informations pertinentes que je recherchais depuis fort longtemps.

    Citation Regt 91 du 13.07.1945
    Tirailleur 2eme Classe de la compagnie Hors Rang.
    Téléphoniste d’un courage exemplaire, au cours des opérations dans la forêt de la Harth, a accompli plusieurs missions de réparation de lignes sous un violent tir d’artillerie ennemie, s’est de nouveau distingué dans la région de THANN (Vosges) où il fit preuve d’un reel mépris du danger.

    Cette citation comporte l’attribution de la Croix de guerre avec Etoile de Bronze le 18 Septembre 1945.
    Le Colonel Beaupre – PC le 18.09.1945

    Mon Père, Victor Giacalone, en était très fier, il est revenu sain et sauf de cette tragédie.
    Merci et daignez agréer l’hommage de mon profond respect à tout ceux qui n’ont pas eu la chance de rentrer chez eux.

    Bien Cordialement.
    Christian Giacalone.

    Réponse
  14. Maire

    Bonjour,
    Mon père était à cette époque à la 10e compagnie, 3e bataillon. J’ai suivi son parcours du Maroc à la forêt de la Hardt (Ile Napoléon). Quelqu’un pourrait-il me dire quelle a été la suite de cette campagne, jusqu’au 18 avril 1945, voir après ?
    Il est passé à la 21e R.I.C. fin 45, et a été tué en Indochine en 1953 (Sergent Hubert Maire).
    Il est intéressant que vous fassiez ce genre de site. Avez eu contact avec M. Gouvier qui a fait une thèse sur la bataille de la Hardt ?
    Cordialement
    F Maire

    Réponse
    • Luc Demarchi

      Bonjour M. Maire,
      Merci pour votre message et pour vos encouragements. Mon père, Yvon Demarchi, a passé trois années dans la 1ère Armée, au 1er R.T.M. (section CB2, Compagnie d’accompagnement du 2ème Bataillon). Je suis allé à deux reprises sur les lieux et notamment lors de l’inauguration du Monument aux Morts de la Hardt. Ce fut un moment très émouvant. Je vous invite à visionner le petit montage vidéo que j’ai réalisé sur cet évènement. Il se trouve sur le serveur viméo. J’ai rencontré M. Gouvier et j’ai fait l’acquisition de ses deux ouvrages. On peut trouver les références sur mon site. Je ne sais pas s’il s’en trouve encore de disponibles à l’achat. Je sais qu’il en a déposé un exemplaire aux archives militaires à Vincennes et ils doivent donc être consultables sur rendez-vous.
      Après la Hardt, le 1er R.T.M a continué sa route vers l’Allemagne puis vers l’Autriche. Pour en connaître le détail il faut consulter les J.M.O du Régiment qui sont stockés aux archives de Vincennes également.
      J.M.O : Journal de Marche et d’opération
      A votre disposition.
      Cordialement.
      Luc Demarchi.

      Réponse
      • Sébastien Nuñez

        Bonjour,
        Mon oncle Antoine Nuñez était à la CB3 commandée par le capitaine Sazerac de Forge. Il a été tué le 21 janvier 1945 à Bittschwiller les Thann. Dans la famille, nous gardons comme une relique la lettre que ce Capitaine a rédigée pour relater ce décès.
        Tout ce qui traite du 1er R.T.M. m’intéresse au plus au point.
        Très cordialement.
        Sébastien Nuñez.

        Réponse
  15. François Gaudron

    Mon Père, Jean GAUDRON a commandé la 7e Compagnie du 1° R.T.M. comme Lieutenant, du 11/11/1942 (fin de l’Opération Torch sur les plages de Port Lyautey-Medhya) jusqu’au 29/05/1944 (il a été sérieusement blessé quelques jours avant Rome).

    Notre famille habitait au quartier des Mimosas à Port Lyautey. J’ai retrouvé dans cet historique le nom des pères de nombreux petits garnements, camarades de jeu. Tous ne sont pas revenus.
    Je suis né en avril 1940.

    Mon Père Saint-Cyrien était de la même promotion (1933-1935) que le GAR Jean SIMON, ancien Grand Chancelier de l’Ordre de la Libération qui lui, avait été l’un des premiers à rallier la France Libre. Il a débuté la guerre avec le 35 RI. Fait prisonnier, il s’évada du Camp de Mailly. Il fut affecté d’abord au 66 RI puis au 1e Régiment de Tirailleurs Marocains.

    Ma Mère et moi l’avons suivi: Marseille, Paquebot Sidi Bel Abbes, Oran. Parcours classique. Il passa plusieurs mois dans le Rif (Ouezzane) face aux troupes de Franco.

    Port Lyautey: Grande désillusion pour mon Père qui espérait prendre une section de voltige et qui fut affecté à la section de mitrailleuses de la 7° compagnie. C’est peut être ce qui lui a permis de ne pas se faire tuer lors du débarquement Allié sur les côtes d’Afrique du Nord.

    Dimanche 8 novembre 1942: début de l’opération Torch. Le 1e Tirailleur était en alerte sur les dunes de Mehedya. Il devait être relevé le 9 novembre. Ses trains de combat étaient déjà redescendus. (j’ai rencontré en 1989 un colonel qui était le Sergent Fourrier de la 7 compagnie: « j’avais ramassé le samedi les munitions: j’ai laissé 5 cartouches par fusil et 15 par FM et mitrailleuse », devant mon étonnement il a précisé : “le lendemain il y avait tellement de morts qu’il suffisait de se baisser pour récupérer des munitions”).

    Les contre attaques prévues à l’aube ont eu lieu dans les dunes en milieu de matinée. Le Régiment a été pratiquement anéanti. Mon interlocuteur m’a dit: « le 11/11 jour de l’armistice, votre Père commandait le 2° Bataillon », il a dû remarquer un petit sentiment de fierté dans mon regard car il a immédiatement précisé: « vous savez il restait en gros une demie compagnie… »
    Mon Père a alors pris le commandement de la 7° compagnie à la tête de laquelle il a participé à la libération de la Corse (jusqu’à Bastia) puis à la campagne d’Italie jusqu’au 29 mai 1944 où il a été sérieusement blessé (quelques jours après sa compagnie défilait dans Rome).

    Le 8/11/42, j’avais deux ans et demi, mais j’ai des souvenirs très précis de ces quelques jours: notre maison au quartier des Mimosas était à moins de deux km des combats. Je cherchais à voir les obus tirés par la Marine Américaine sur la Forêt de la Mamora. Ma Mère a parfaitement entendu les clairons sonner le cessez le feu.

    Dès le lendemain j’ai entendu : « tu sais le Papa de… est mort ». Ce genre d’information j’en ai entendu jusqu’en 1945. A la fin de la guerre, j’étais un des rares du lotissement à ne pas être orphelin de guerre (il n’y avait pas que des familles du 1e R.T.M dans le lotissement). Mon Père le 8 mai 1945, sortait juste de l’Hôpital Marie Feuillet de Rabat. Il ne m’a jamais vraiment parlé des combats de cette 4°DMM.

    J’ai le petit historique du Régiment et les 4 tomes de “L’Armée de la victoire” de Paul Gaujac (mon Père y figure dans l’ordre de bataille de la campagne de Corse, tome 1) et j’ai bien sûr consulté le JMO à Vincennes.

    J’ai écouté les souvenirs de ses camarades rencontrés plus tard et je suis allé me recueillir au Cimetière de Venafro au pied de Monte Cassino.

    J’ai fait St Cyr, moi aussi, et j’ai eu comme Poireau (Général Commandant les Écoles) le Général Simon. Au cours d’une carrière on ne peut plus banale j’ai croisé en 1987 la fille d’un capitaine commandant de compagnie du 1e Tirailleur tué à Dunkerque en 1940. Elle avait passé ces années de guerre dans un autre lotissement à Port Lyautey mais il n’y avait pas de contacts entre les familles des officiers tués en 1940 et celles de ceux qui se feront tuer de 1942 à 1945. Les lotissements étaient éloignés et le Service Social ne brillait ni par sa présence ni par son efficacité (témoignages de ma mère qu’on a laissée se débrouiller seule lors du décès de ma sœur âgée de treize mois en septembre 1943). Heureusement il y avait les voisines.

    Merci.
    F. Gaudron.

    Réponse
    • Patrick David

      Monsieur, ou mon Colonel ? ou mon petit camarade ?,
      je lis et relis votre message ci-dessus… Nous avons surement partagé la calèche qui nous conduisait à la maternelle… j’ai en effet habité aux Mimosas, mon père étant alors Lieutenant au 1e R.T.M. !
      Inutile de vous dire, à quel point je souhaiterais vous rencontrer pour que vous m’aidiez à faire revivre cette période !

      Bien à vous.
      Patrick DAVID.

      Réponse
  16. Marc Hernandez

    Bonjour à tous,
    Lors de la libération de la Corse, mon grand oncle le sergent Giovannangeli Marcel, est décédé et fait donc partie des deux sous officiers morts au combat.
    Si une personne avait des détails sur ce décès, j’en serais ravi. Comme lui, je porte le même prénom et comme lui, j’ai embrassé la carrière militaire et j’aimerais vraiment avoir le plus de détails sur mon grand oncle.
    Merci.
    Cordialement.

    Réponse
  17. Hubert Saint-Jevin

    Bonjour et respect,

    J’ai relevé les cahiers de campagnes de mon père. Voici ce que son livret militaire mentionne :

    Campagnes militaires : Saint-Jevin Henri

    Armée: Infanterie – 1er Régiment de Tirailleurs Marocains

    Bureau de recrutement: Alger

    Mon contrat a été homologué à l’Intendance de Rabat sous le n° 30

    Grade : Sergent chef

    Services accomplis: 4 ans 10 mois 28 jours

    Arrivé à expiration de mon contrat, désirant bénéficier de la loi sur le désengagement des cadres et fait la demande de désengagement volontaire des cadres, accepté sous le n° 20043/SC/ »C.. »

    Service de guerre accomplis avec le bénéfice de la campagne double 4 ans 2 mois 27 jours
    Décision portant dégagement des cadres n° 20043 Sc/Ch ?

    Loi n° 46-607 – 5 avril 1946 – Article 20
    Limite d’âge : 3/11/1961
    Limite de durée des Services 17/03/1962

    Livret Individuel :

    N° d’inscription au contrôle nominatif: 1943/2566
    Année d’entré au service militaire : 1942
    Nom : Saint-Jevin
    Prénom : Henri Hubert
    Né le 3 novembre 1923
    Commune : Malakoff
    Département : Alger
    Résidant à Ménerville
    Entré au service le 3/3/1942 comme Engagé pour 3ans.
    Nommé Caporal le 23/01/1943. a/c du 15/01/1943
    Entre à l’hôpital de Port Lyautey le 14/05/1943
    Inscrit au tableau d’avancement pour le grade de Caporal chef le 18/09/1943 a/c du 16/09/1943

    Citations:

    Ordre du Régiment n° 193 du 23/10/1943
    “Chef de pièce de Mortier de 60, calme et courageux. Le 29/09/1943 sous un violent bombardement a obtenu le rendement maximum de sa pièce, détruisant notamment un camion ennemi qui tentait de s’enfuir du col de San Stefano.”

    A l’ordre de la Division n° 473 du 7/03/1945
    “Chef de groupe de mortiers, d’un calme et d’un allant remarquable, assurant des tirs précis et efficaces sur des objectifs fugitifs. Pris subitement à partie par une section ennemie, lors des combats du 5/02/1945 pour la possession de WESTHALTEN, a rapidement fait front, permettant la sauvegarde du matériel dans une situation particulièrement critique. Désigné plusieurs fois pour des missions de liaisons et de reconnaissances osées, en terrain particulièrement battu, s’est acquitté de sa tâche avec le plus grand courage et le plus entier succès.”

    Décorations :

    Croix de guerre: Etoile de bronze
    Croix de guerre: Etoile d’argent

    Réponse
  18. Nathalie Villaplana

    Bonjour,
    Je recherche des informations sur mon oncle Henri VILLAPLANA. Il était caporal chef au 1er R.T.M., porté disparu le 3/12/44 à la cote 232.
    Merci.

    Réponse
  19. Ange-François Carlotti

    Bonsoir… et bravo pour votre site…!

    Je suis en train de décrypter le journal de guerre de l’AGP de mes enfants, engagé volontaire au 1er RTM et † à Monte Cassino le 02/07/44.

    Ce document peut-il vous intéresser ?

    Cordialement.

    Réponse
  20. Aucastema

    Je suis intéressé par des informations sur la CB2, depuis son arrivée sur le sol Corse jusqu’au 4 octobre 1943.

    En effet, je cherche des renseignements sur Jean Karman, appartenant au CB2, décédé le 4/10/1943 des suites de ses blessures à l’hôpital de Calenzana.

    Je bute sur le lieu géographique de son décès, très éloigné des opérations du 1er RTM.

    Merci d’éventuelles informations.

    Réponse
  21. JF BONNIN

    Superbe website de la mémoire. Merci, Luc.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *